50e Congrès CGT – Toulouse 18-22 mars 2013

Publié le 3 avril 2013

Discours de clture

Thierry Lepaon conclut le 50e congrs et adresse un salut aux partants

Chres et chers camarades, chres et chers amis,

Nous voici arrivs au terme de nos travaux.

Je crois que nous pouvons dire ensemble : merci Toulouse !

Merci tous les camarades qui se sont investis sans compter, sous la conduite de Gisle, pour faire de notre congrs une russite !

Merci aux salaris qui ont mis tout leur savoir-faire notre service !

Merci aux journalistes du quotidien du Peuple qui ont russi lexploit de rendre compte de notre congrs au jour le jour !

Merci lensemble des journalistes prsents qui ont couvert notre Congrs !

Et un salut aux milliers dinternautes qui se sont connects nos dbats !

Un congrs confdral cest toujours un vnement inoubliable dans la vie dun militant.

Cela va bien au-del des dbats, des votes, des rsolutions et des dcisions prises.

Cest dabord ce que nous avons vcu ensemble, des rencontres, des moments dmotion.

Je pense, par exemple, lintervention de tous nos camarades en lutteet nous pouvons les saluer nouveau.

Ce salut sadresse tous les salaris de toutes les entreprises qui luttent contre les restructurations, les dlocalisations, les diminutions des capacits de production, les fermetures de sites.

Un congrs, ce sont aussi des moments conviviaux et festifs.

Oui, la fte est partie intgrante de notre manire de vivre, cest une dimension de la vie humaine.

Ce sont aussi des moments trs forts de solidarit et de fraternit.

Nous nous souviendrons longtemps de lintervention de nos camarades syndicalistes, emprisonns et torturs parce quils luttent contre le travail informel, contre le travail des enfants, pour la dignit au travail, le dveloppement et le progrs social dans leur pays, pour la dmocratie, pour le droit de disposer dun pays et dune terre pour vivre libre.

Prenons lengagement ensemble, de construire un mouvement international des travailleurs, de dfendre inlassablement les liberts syndicales et dmocratiques partout dans le monde.

La crise engendre par le systme capitalisme est violente et dvastatrice.

Elle bouleverse la vie de millions de salaris dans le monde et exacerbe les oppositions de classe.

Tout au long de nos travaux, vous avez tmoign des difficults au travail, dans la vie et pour militer en toute libert.

Pertes demplois, absence de perspectives pour la jeunesse, affaiblissement de la protection sociale et des droits, austrit sociale sont le lot commun des salaris des pays du monde.

Face cela, la responsabilit du syndicalisme est de construire, reconstruire, et crer de lespoir comme nous y a invit Sharon BURROW, Secrtaire gnrale de la CSI.

Le syndicalisme apparat bien aujourdhui comme loutil indispensable la mobilisation des salaris, en France, en Europe et dans le monde.

En Europe, la priorit conomique pour sortir de la crise est de relancer la croissance, augmenter les salaires, diminuer le chmage et la prcarit salariale.

La fuite vers plus daustrit ne peut pas tre une rponse la crise.

La rduction coordonne des dficits ne peut pas tenir lieu de politique.

Surtout quand ce sont essentiellement les politiques sociales, les services publics et la scurit sociale des salaris qui en font les frais, quand les cadeaux au patronat sous toutes leurs formes continuent de pleuvoir.

La force des salaris au niveau europen, cest lunit du syndicalisme engage dans une dynamique de progrs social.

Ensemble, pour un modle social europen ! nous a lanc Bernadette SEGOL, Secrtaire gnrale de la CES.

Dans vos interventions vous avez demand que la Confdration prenne ses responsabilits.

Ensemble, nous allons les prendre.

Ensemble, pendant une semaine, nous avons chang, dbattu, construit et dcid.

A une immense majorit, vous avez vot le bilan dactivit et nos orientations pour les trois ans venir, modifi nos statuts et pris des rsolutions qui nous engagent tous.

Vous avez lu une direction confdrale qui a la responsabilit de les mettre en uvre.

Nous voulons mobiliser les salaris sur des valeurs communes partir de ce qui nous rassemble, le travail.

Vous lavez dmontr toutes et tous, tout au long de nos dbats, transformer le travail, augmenter les salaires, devient une urgence.

Les employeurs demandent toujours plus de disponibilit aux salaris sans contrepartie de reconnaissance salariale et sociale.

Que 7 salaris sur 10 considrent ne pas pouvoir faire un travail de qualit est intolrable !

Nous avons dcid de faire de la richesse du travail un levier pour transformer la socit.

Dans leur travail, les salaris agissent avec leur intelligence, leur crativit et contournent les empchements faire un travail utile et de qualit.

Ils veulent mettre toutes leurs capacits au service de leurs projets, ils veulent quon leur reconnaisse une autonomie daction et de rflexion.

Notre syndicalisme va sorganiser pour reconqurir un pouvoir dagir collectif des salaris dans lentreprise.

La situation que nous vivons provoque une colre lgitime.

Le contenu des interventions dans le congrs et son ambiance gnrale le prouvent : notre syndicalisme est un syndicalisme de conqute pour la transformation sociale.

Contester, proposer, construire des alternatives avec les salaris, rassembler, mobiliser, ngocier est notre stratgie.

Mettons en dbat nos propositions auprs des salaris.

A la flexibilit toujours plus importante demande par le patronat, nous opposons un nouveau statut pour les salaris, qui garantisse collectivement des droits individuels, opposables tout employeur et en toute circonstance.

A la scurisation juridique des employeurs pour permettre les licenciements, nous opposons notre scurit sociale professionnelle.

Le patronat veut scuriser les ruptures de contrat, nous voulons la continuit du contrat de travail pour les salaris.

A linscurit sociale, nous opposons une protection sociale et des conditions de retraite de haut niveau.

Au cot exorbitant du capital, nous opposons l’investissement productif et la reconqute de lemploi industriel pour redonner des capacits de dveloppement conomique et social en France et en Europe.

LEtat doit retrouver des moyens et des capacits daction publique.

La reconqute dune politique industrielle ambitieuse en France, est un enjeu pour tous les salaris et donc pour toute la CGT.

Nous allons poursuivre nos campagnes pour la reconqute de lemploi industriel et pour le service public

Nous voulons gagner la revalorisation du travail.

Nous voulons mettre la finance sous contrle de laction publique et encadrer la responsabilit des entreprises sur les territoires.

Nous voulons dvelopper nos services publics.

Nous avons lambition de gagner de nouveaux droits dintervention des salaris dans la stratgie des entreprises avec des propositions novatrices, comme par exemple, le droit suspensif aux licenciements, ou le droit pour les salaris de proposer un projet de reprise de lentreprise lorsque celle-ci est en difficult.

tre la premire organisation syndicale en France, nous confre une grande responsabilit.

Celle dtre en capacit de rassembler les salaris, les retraits et les privs demploi, en partant de leurs ralits de travail et de vie pour leur proposer de sengager, de semparer de la CGT.

Cest la condition pour les mettre en mouvement.

Mais vous lavez dit aussi, jusqu prsent, la mobilisation des salaris en France, en Europe et dans le monde na pas permis de conqute sociale la hauteur des enjeux et des attentes des salaris.

Il y a donc urgence pour mettre les moyens l o ils sont ncessaires, nous a lanc lune dentre vous !

Nous allons dvelopper une politique ambitieuse de syndicalisation, offensive et prenne.

Une politique de syndicalisation qui ne se fera pas seulement sur la dnonciation de la politique patronale et des dgts de la logique librale.

Si la socit dans laquelle nous vivons ne mise pas sur les jeunes, les jeunes, eux, misent sur le syndicalisme et la CGT !

Mais pour sengager dans la CGT, les salaris et notamment les jeunes veulent quon leur dmontre lutilit de notre syndicalisme.

Lun dentre vous la rsum : cest nous de nous adapter pour quils prennent toute leur place dans notre organisation collective. Sachons couter ce quils ont nous dire.

Notre ambition est de mettre en oeuvre les rsolutions que nous venons de prendre.

Ce sera la responsabilit de la nouvelle la commission excutive confdrale lue.

Voil notre plan de travail !

Nous avons dcid dune journe de mobilisation interprofessionnelle, pour mettre en chec la volont du MEDEF de dicter sa loi sur le droit du travail des salaris.

Nous le savons, la stratgie du MEDEF est de brouiller les cartes.

Accepter des sacrifices supposs passagers pour mieux crer de lemploi ensuite est une recette vieille comme le monde.

A loppos, nos propositions concrtes ouvrent des perspectives ambitieuses pour les salaris.

Lurgence, au-del dune explication ncessaire sur la nocivit de laccord, cest de montrer que dautres alternatives sont possibles.

Notre congrs a confirm notre stratgie du syndicalisme rassembl.

Cest un chemin qui a toujours t difficile, mais ce nest pas parce que cest difficile quil faut y renoncer.

Face la dtermination du patronat, les seules forces de la CGT ne suffiront pas pour que les salaris soient entendus.

Faisons en sorte que les salaris sapproprient les propositions de la CGT, les discutent, les enrichissent.

Et cest leur irruption sur le terrain social qui conduira au rassemblement !

Nous faisons lanalyse que cet accord ouvre une priode stratgique de confrontation avec le patronat.

Alors allons-y ! Ne perdons pas de temps, notre priorit, cest le dploiement de tous nos militants avec les syndiqus et avec les salaris !

Salut aux partants

Il me revient maintenant de macquitter dune tche la fois agrable et toujours mouvante, saluer et remercier les camarades qui quittent leur mandat dans les instances confdrales.

Lexpression de cette reconnaissance est quelque chose laquelle je suis personnellement trs attach.

22 camarades quittent la Commission excutive confdrale, et 3 camarades quittent la Commission financire de contrle.

Hier, pour les nouveaux lus, la joie dtre lu, mle
peut-tre une soudaine inquitude du poids des responsabilits.

Aujourdhui, pour les sortants de la direction confdrale lus au 49eme congrs, un sentiment confus, tiraill entre la satisfaction du travail accompli, la fin dun mandat national et ses exigences, un nouveau dpart vers de nouvelles responsabilits syndicales ou une orientation professionnelle ou tout simplement le moment venu de la dcouverte de nouveaux horizons.

Dans tous les cas, la prise de conscience que militer la CGT, y occuper des responsabilits, a t une grande fiert et un grand honneur.

Pas lhonneur des hautains et des suffisants, mais lhonneur de ceux qui luttent pour des valeurs de justice et de progrs social, lhonneur dappartenir une organisation qui compte et agit dans le monde du travail.

Une organisation qui repousse les frontires de la solidarit dans les cinq continents.

Chres et chers camarades, vous qui quittez votre mandat de dirigeante et de dirigeant nationaux, je tiens vous saluer chaleureusement et jinvite le Congrs vous saluer galement.

Je tiens aussi remercier vos organisations, qui ont accept de mettre, un moment donn de votre parcours de militante et de militant de la CGT, votre exprience et votre intelligence syndicale au service dun mandat confdral.

Cest cela aussi, qui donne un sens notre confdration.

Rien ne vous prdestinait devenir dirigeante ou dirigeant de la CGT.

Cest seulement aprs avoir fait le choix de vous syndiquer la CGT, que la prise de conscience de sorganiser et de participer lactivit syndicale a dvelopp pour chacune et chacun dentre vous, des capacits pour animer, diriger, ngocier, former, et lutter.

Cest au contact des plus expriments que vous avez forg votre personnalit, jusqu en devenir une militante ou un militant ptris du travail collectif.

Cest au contact des plus jeunes et de la prise en compte des nouvelles problmatiques poses au monde du travail que vous avez d remettre en cause des certitudes.

Cest par le dbat contradictoire et le respect de chacune et chacun, dans la diversit des points de vue, dans les changes, que vous avez dvelopp vos capacits.

Je suis persuad que cette exprience ne vous laissera pas intact.

En tout cas, elle naura pas laiss intacte la CGT !

Comme de nombreuses gnrations de dirigeants, vous aurez contribu au rayonnement de la CGT et permis de passer le flambeau aux nouveaux et aux plus jeunes.

Merci encore, rendez-vous dans les mobilisations, et bonne chance dans votre vie syndicale ou professionnelle. Et bientt dans notre prochaine initiative daction !

Je tiens galement remercier particulirement Michle CHAY et Nadine PRIGENT qui quittent le Bureau confdral et restent pleinement engages dans notre commission excutive confdrale.

Je les remercie pour leur apport personnel au bureau confdral.

Michel DONEDDU est administrateur de la CGT depuis 2001.

Ce passionn de ski et de planche voile est laise sur tous les terrains.

Il na toutefois pas comme habitude de se contenter de surfer sur la vague.

Ce mditerranen dorigine sarde sait o il va et ne se fie pas qu lair du temps.

Il prfre la discussion directe et franche aux dlices de la communication lectronique.

Cest donc un homme de caractre et droit, mais ceux qui le ctoient reconnaissent en lui lhomme chaleureux.

Il prfre de loin la discussion argumente limprovisation. Cest dailleurs un exercice dans lequel ce diplm de lEcole polytechnique excelle.

Frais moulu de cette cole prestigieuse, il est embauch comme chercheur la Direction des Etudes et Recherches dEDF o il soccupe dtudes hydrauliques.

Il commence militer parmi les ingnieurs et chercheurs et ne perdra dailleurs jamais le contact avec son syndicat.

Il est trs vite repr par sa Fdration de lEnergie et son Groupement national des Cadres, le GNC.

Ds lors, son ascension rapide dans les responsabilits le conduira au Bureau de sa fdration et au Secrtariat gnral du GNC.

Puis il rejoindra le secrtariat national de lUGICT.

En 1992, il est lu la Commission excutive confdrale et ce sont les circonstances qui vont rythmer les tapes de son parcours confdral.

Il intgre le Bureau confdral en 2000 et devient Administrateur au dpart de Lydia BROVELLI en 2001.

Au fil des annes, ses qualits danalyse et dargumentation, comme sa dtermination sans faille grer de faon conome et efficiente les finances confdrales, feront de lui un pilier de la direction confdrale.

Il a eu relever des dfis majeurs, comme la mise en place du nouveau systme de cotisations et la mise au point de COGITIEL et de COGETISE

Cest lui qui a port la ngociation de la rforme de la reprsentativit.

On peut le comprendre, ce rle de gestionnaire rigoureux des deniers de lorganisation ne lui a pas attir que des sympathies.

Mais il peut se targuer dun bilan flatteur en matire dindpendance financire de lorganisation, sanctionn par la certification des comptes de la CGT en 2010, chance fixe par la loi sur la reprsentativit.

Il est reconnu et respect dans les organisations pour sa disponibilit et la qualit de ses apports la rflexion.

Michel DONEDDU sapprte tre grand-pre, et a dj prvu de continuer simpliquer dans le suivi des travaux de lIRES, lInstitut de Recherche Economique et Sociale.

Merci Michel pour ton investissement dans la direction confdrale, et pour ton apport au dveloppement la CGT. Profites bien dune retraite amplement mrite.

Jen viens au dernier partant.

Parce quil y a quinze ans, justement, il ntait pas partant, Bernard !

Et quil aura fallu du temps et toute la force de persuasion de Louis VIANNET pour quil se jette leau ! Il avait de bonnes raisons pour insister, Louis !

Car, dans le feu de 95, ceux qui par millions avaient march tous ensemble et brav victorieusement les puissants, avaient mis sur orbite ce camarade tonnant, joserais dire dcoiffant...

Quoi de plus inattendu et de plus galvanisant que ce jeune premier qui sexprime avec des mots que tout le monde comprend, qui vous coute attentivement, vous regarde dans les yeux tranquillement, et en quelques mots fait mouche au bon moment.

Il sait intuitivement que la langue de bois est une langue morte qui ne parle pas aux vivants.

Et son sens du verbe, reconnu par tous, nest pas pour dplaire un de ses vieux complices, Christian DELLACHERIE.

Lorsque Bernard prend la parole, cest toujours rassurant.

Il la prend pour la donner ceux quon ncoute jamais, et sil se met en avant cest pour se retrouver leurs cts : pour lui, linitiative individuelle na de sens quau service dune ambition collective.

Comme il la dit Lille au 48meCongrs, on ne fait pas du syndicalisme avec des formules lemporte-pice.

On fait du syndicalisme avec du dvouement, de la franchise, de la simplicit, de la dtermination, du travail, de lchange dides et dexpriences avec tous les syndiqus ou celles et ceux qui souhaitent le devenir.

Pour lui, ce qui fait lidentit de la CGT ne relve pas du dogme, de lapprentissage patient des rituels au sein dune avant-garde claire, mais dune culture vivante qui se rgnre en permanence dans le terreau de la rflexion et dans le feu de laction.

Avec toi, Bernard, la CGT a construit sa place et assum ses responsabilits dans le mouvement syndical europen et international.

Beaucoup de ceux qui, dimanche, ont pu participer la Confrence internationale organise loccasion de notre congrs, ont dcouvert combien lintensit et la sincrit de ton engagement, ont contribu au rayonnement de la CGT.

A lcoute des autres et disant son mot avec force sans jamais donner de leon, Bernard a toujours affirm ses convictions profondes.

Il a eu le courage dapostropher le congrs de Strasbourg qui allait llire, avec lhumour et le sens de la formule qui le caractrisent.

Il y a invit la CGT se prmunir dune posture ferme lgard des autres organisations syndicales europennes, en concluant :

Cest un syndicat fier de son pass mais lucide sur ses faiblesses et parfois ses erreurs, confiant dans son approche des ralits sociales, mais attentif la dmarche des autres, et donc allergique toutes les penses uniques, lafft de tout ce qui pourrait nourrir le combat commun.

Il y a 14 ans, ladhsion de la CGT la CES, si elle tait majoritairement admise, suscitait encore des doutes.

Bernard a profondment contribu faire bouger la CGT et transformer son image. Il sappuie alors notamment sur Jol DECAILLON qui a dfrich Bruxelles, pour installer pleinement la CGT la CES.

Le moins que lon puisse dire, est que lavenir lui a donn raison : Bernadette SEGOL en a chaleureusement tmoign mardi.

A lintrieur comme lextrieur de lorganisation il a redonn confiance dans sa volont dcoute et sa capacit de conviction.

Relisons bien ce message qui a inaugur 14 ans dengagement personnel la tte de la CGT, et comprenons quil exprime en termes clairs, cette stratgie du syndicalisme rassembl que Louis Viannet nous a lgue.

Le syndicalisme rassembl cest bien tre confiant dans son approche des ralits sociales, mais attentif la dmarche des autres, tre lafft de tout ce qui pourrait nourrir le combat commun.

Avant eux encore, Georges SEGUY avait ouvert la voie. Lundi soir, en nous livrant une formidable leon dhistoire, il nous a confi quelques secrets sur sa conception de dirigeant syndical : jai toujours cout ceux avec lesquels je ntais pas daccord pour rflchir et vrifier sil faut rester comme on est, ou travailler pour lavenir. nous a-t-il dit.

Une conception que Bernard ne renierait certainement pas, et pas seulement parce que cest une parole de cheminot !

Le mouvement syndical pour tre efficace a besoin dunit.

Lexprience le prouve, unis comme dans la bataille contre le CPE, nous pouvons gagner.

Diviss, nous sommes toujours affaiblis.

La recherche de l’unit des salaris et de leurs syndicats doit tre permanente, lunit nest pas un dtour tactique, elle est la condition irremplaable pour que les salaris affirment toute leur place dans la socit.

Voil le message que Bernard na pas cess de marteler depuis le congrs qui la lu secrtaire gnral en fvrier 1999.

Georges SEGUY a dit lundi soir, avec cette pointe de malice qui le caractrise : Bernard THIBAULT est pour moi un exemple !

Il lest et il le restera pour nous tous.

Au nom de tous ceux qui vont reprendre le flambeau, oui je te le dis, cher Bernard, avec motion et avec gratitude, la CGT te doit ce quelle est devenue aujourdhui, utile, influente, reconnue, ouverte et donc pleine de promesse pour lavenir.

Mon cher Bernard, depuis ce 11 septembre dernier, je suis soumis une pression extrme ! Celle quimpose la fonction, mais je te le dis, ce nest pas le pire !

Non, la pire pression, cest celle des camarades, celles et ceux qui te connaissent mais aussi celles et ceux qui nont pas eu la chance de tapprocher, de tentendre, de militer tes cts.

Aussi je te le dis, jen ai marre des formules il va falloir lui dire, il faut lui dire, tu lui diras, dis- lui que etc, etc.

Alors avec quelques amis, nous avons trouv la solution, elles et ils ont des choses te dire !

A vous la parole !

Imprimer cette page - Faire connaître cette page par courriel