50e Congrès CGT – Toulouse 18-22 mars 2013

Publié le 11 décembre 2012

Rapport d’activit

Le syndicalisme franais, europen et international lpreuve de la crise

Ce rapport dactivit nest pas un bilan exhaustif de laction de la CGT depuis trois ans. Il veut mettre en lumire les vnements et activits les plus saillants, souligner ltat de mise en uvre des orientations dcides en dcembre 2009, dans un contexte conomique et social particulier. Un droulement chronologique des principaux vnements est par ailleurs annex.

Ce rapport d’activit a t adopt par le congrs 87,5% des voix

Le 49e congrs confdral de dcembre 2009 sest droul au milieu dune crise la fois mondiale, intersectorielle et systmique qui frappe encore svrement tous les peuples. Les gouvernements des pays dvelopps se sont engags dans de violentes politiques de rigueur et daustrit.

Laggravation de la crise vient sanctionner, particulirement en Europe, les politiques suicidaires visant rduire les dficits en gageant les systmes nationaux de solidarit et en drgulant leurs services publics.

Les dclarations qui ponctuent les runions des instances multilatrales depuis le dmarrage de la crise font primer lconomique sur les considrations humaines, excluant toute politique de relance par la demande et les salaires. Elles encouragent les gouvernements des pays dvelopps dans une guerre contre les dficits au prix dattaques en rgle contre les salaires, les services publics et les systmes de protection sociale, et laissent les pays du Sud poursuivre sur la voie dun dveloppement dop par la libralisation des changes.

Dans une logique daustrit et dattaque gnralise contre les droits des travailleuses et des travailleurs, sous pression des institutions multilatrales, de nombreux gouvernements, sur tous les continents, nont pas hsit suspendre certaines dispositions normatives, portant ainsi atteinte aux liberts syndicales, voire aux liberts fondamentales.

En toile de fond de ces attaques, il faut rappeler ltat de tension permanent et les situations de guerre qui perdurent en Irak, en Afghanistan, en Palestine, en Syrie (35 000 morts en deux ans dus aux violences de masse contre un peuple), sans compter les menaces terroristes, rgulirement agites pour justifier lentretien dun climat scuritaire global.

Partout, cela donne lieu des remises en cause des liberts, des droits fondamentaux, porte particulirement atteinte lmancipation des femmes et au progrs indispensable de lgalit entre les femmes et les hommes.

A Pour une autre rpartition des richesses cres par le travail

Mobilisation du monde du travail attaqu, jeunesse indigne, insurrections citoyennes, les vnements sociaux majeurs de ces dernires annes sont le tmoin dune aspiration profonde de tous les peuples changer de modle.
Autant dvnements qui ont pris la forme de mobilisations syndicales de masse, par exemple en Tunisie, en Guine, en gypte, en Core du Sud, en Argentine, mais aussi en France (contre la rforme des retraites de 2010), o des organisations syndicales ont souvent pris la tte de la rsistance.

Dans de nombreux pays, les peuples se sont levs pour dire leur refus de modles qui sorganisent sans eux ou contre eux : rvolutions arabes, mouvements de la jeunesse et des indigns avec ses places fortes au Chili, aux tats-Unis, en Espagne, en Isral, mouvements politiques et citoyens massifs de contestation des rgimes en place en Birmanie, en Syrie, en Russie

Au contraire des esprances damplification de la dmocratie, lEurope, par les politiques conomiques hostiles aux peuples, provoque une crise de confiance et permet lmergence de partis politiques xnophobes, racistes, voire ouvertement fascistes.

1. La CGT sur la scne europenne et internationale
Ces trois dernires annes, la CGT sest inscrite dans de nombreuses luttes qui ont tent dinflchir les logiques dans lesquelles sest enfonc le systme capitaliste. Ce travail a t men en commun avec les structures daffiliations professionnelles et sectorielles de la Confdration syndicale internationale (CSI) et de la Confdration europenne des syndicats (CES) et limplication grandissante de toutes ses organisations.

Au regard de la phase historique que vit notre continent, la CGT a relev le dfi de faire de lactivit syndicale europenne un axe revendicatif fort, de la confdration aux professions, aux territoires et aux syndicats dentreprise. Notre communication vers les salari-e-s loccasion dinitiatives a t largement renforce (communiqus, vido sur le site, interviews, sujets traits dans notre presse syndicale).

Le congrs de la CES de mai 2011 aura t une tape importante pour renforcer la convergence danalyse et de lutte dans toute lEurope.

Les diffrentes manifestations europennes en septembre 2010 Bruxelles, en avril 2011 Budapest, en juin 2011 au Luxembourg et le 29 fvrier 2012 dans les dpartements auront t des journes daction revendicative fortes, avec un contenu politique liant Europe sociale et ralits vcues par les salari-e-s franais-es.

Lacclration de la crise dans tous les pays, les questions de dettes, de politique europenne daustrit sont de plus en plus discutes dans nos organisations. Les actions menes le 9 octobre 2012 et le 14 novembre 2012 en France et en Europe illustrent cette prise de conscience dun besoin de riposte syndicale commune.

Pour combattre le dveloppement de lextrme droite et des nationalismes, dans de trs nombreux pays europens, la CGT doit renforcer son activit, afin de gagner avec les autres organisations syndicales europennes des droits et de briser le dumping social et le repli sur soi.

La CGT a partag, avec la CSI, le souci de faire entendre le mouvement syndical international dans le contexte de la crise. Elle a, avec elle, milit en faveur dun renforcement du rle de lOrganisation internationale du travail (OIT), tant au niveau des tudes et des prconisations, que dans sa mission de sanctionner les violations aux normes internationales du travail dont elle est la productrice et la garante. Le congrs de lOIT Vancouver a marqu cette volont de laisser maintenant la place au peuple . Reste encore mieux coordonner les paroles et les actes.

Par deux fois, la CGT a point des violations par la France de conventions de lOrganisation internationale du travail :
sur la question du respect du droit de grve, lors du mouvement contre la rforme des retraites et les procdures de rquisitions qui ont frapp les travailleuses, travailleurs des raffineries en octobre 2010. Cette dmarche a dbouch sur une dcision du comit de la libert syndicale du Bureau international du travail (BIT), demandant au gouvernement franais de ne plus recourir des actes de rquisition ;
sur la question des droits des travailleuses, travailleurs migrants pour interroger les discours et les actes de Nicolas Sarkozy, lors de sa mandature.

de nombreuses reprises, la CGT a port plainte contre le non-respect par les firmes multinationales des conventions fondamentales de lOIT : Sodexo sur les Amriques et le Maroc, Molex en France, Michelin en Inde ont ainsi d sexpliquer sur leurs activits dans des plaintes intentes directement par la CGT.

Dans la CSI, la CGT a pris une part active au rseau de travail sur les droits syndicaux et les droits de lhomme ou celui sur la coopration syndicale au dveloppement.

La CGT entend aussi poursuivre sa participation active dans les Forums sociaux mondiaux et dans les contre-sommets dploys lors des runions du G20, de lOrganisation mondiale du commerce (OMC), des runions internationales environnementales ou climatiques, tout en posant rgulirement la question des dbouchs concrets de ce type dinitiatives.

Elle a mis en uvre, avec lAvenir social, la solidarit de ses adhrents avec les populations de tous les continents (Hati, Fukushima)

2. La CGT linitiative des mobilisations sociales en France

Le long conflit avec le gouvernement, sa majorit parlementaire, le patronat et leurs exigences au sujet de la rforme du systme de retraite est lvnement social principal qui a marqu ce mandat. La CGT, dans le cadre du syndicalisme rassembl avec les autres organisations syndicales, a t le moteur de la mobilisation.
Le travail collectif entre organisations professionnelles, territoriales et la confdration a port ses fruits.

Cest dans la priode galement que de nombreux collectifs militants se renforcent. Que de nombreux jeunes font notre connaissance.

Les effets de la crise se traduisant par la hausse du chmage, la pauvret, le repli sur soi, entranent une banalisation des ides dextrme droite auxquelles la droite se laisse aller.

La CGT, qui a toujours combattu ces ides, a t confronte la volont du FN dinstrumentaliser un mandat syndical dans le cadre des lections cantonales. La situation dun syndicat mosellan de la Fdration des services publics va non seulement nous mener prendre des dcisions fermes, mais aussi acclrer le travail de fond mener au niveau idologique sur les dangers du Front national et de sa volont de prendre pied dans le mouvement social. Nous devons continuer porter le fer contre les ides qui prnent lexclusion, le racisme, la prfrence nationale. ce titre, la lutte des salari-e-s sans papiers est souligner. Mais aussi la rencontre du 21 mars 2012 Montreuil, coorganise avec SOS racisme, loccasion de la journe internationale contre le racisme.

La mise en place dune activit spcifique europenne, une meilleure communication sur ces sujets et une appropriation plus pousse par tous les dirigeants permettent aujourdhui daborder les questions lies la crise, au march europen, la construction europenne de telle manire que dans nos organisations et syndicats, cette question est devenue un axe revendicatif fort. Elle sarticule naturellement nos campagnes sur les salaires, le dveloppement industriel, les services publics.

Au printemps 2012, la CGT, dans le cadre de llection prsidentielle et au vu dun bilan conomique social, mais aussi dmocratique, dsastreux, prendra position et appellera battre le prsident sortant. Elle le fait, non pas pour soutenir un programme ou un candidat, mais pour affirmer ses revendications qui restent laxe de positionnement CGT. Elle raffirme ainsi son indpendance et refuse la neutralit face un quinquennat qui aura t marqu par les reculs sociaux et dmocratiques.

Les manifestations du 1er mai 2012 organises par la CGT seront de trs grande ampleur.
Franois Hollande est lu le 6 mai, un nouveau gouvernement est install et une nouvelle majorit politique est lue aux lections lgislatives du 17 juin 2012. Les attentes sociales sont fortes et la nouvelle majorit prsidentielle et parlementaire est au pied du mur.

La confrence sociale de juillet qui runit notamment les reprsentants des salari-e-s et des entreprises, linitiative du gouvernement, veut cibler les priorits et produit une feuille de route qui ouvre plusieurs ngociations.
La CGT continue dans ce nouveau contexte, marqu par une hausse des licenciements et une dgradation de lemploi, porter ses revendications et exigences. Le 9 octobre 2012, la journe nationale pour lemploi et lindustrie est la premire mobilisation interprofessionnelle lappel de la CGT dans le nouveau contexte politique.

Laction unitaire des retrait-e-s du 11 octobre 2012 poursuit dans la ligne de leurs actions pour dfendre leur pouvoir dachat et exiger des services publics de haut niveau, notamment pour la sant et lautonomie.
Parce quil aggraverait encore les politiques daustrit imposes aux peuples europens, la CGT raffirme son opposition rsolue toute ratification du Trait europen sur la stabilit, la coordination et la gouvernance (TSCG). Au diapason de la position de la Confdration europenne des syndicats, elle propose aux salari-e-s une ptition destination des parlementaires pour une non-ratification du trait.

La CGT est linitiative en France pour relayer lappel de tous les syndicats de la CES la mobilisation coordonne le 14 novembre 2012 contre les politiques daustrit.

B La CGT engage pour le dveloppement humain durable, les conqutes sociales, la dmocratie

Librer le travail des entraves quil subit, des risques quil peut produire pour les salari-e-s, pour lenvironnement, suppose de le restituer dans la perspective de lmancipation des femmes et des hommes. Lpanouissement des salari-e-s et le dveloppement durable de la socit appellent, sans dtour, une profonde volution de la dmocratie dans lentreprise . Les trois annes coules ont malheureusement confirm nos analyses. De la plateforme BP en Louisiane aux prothses PIP, des suicides au travail aux maladies professionnelles qui ne cessent daugmenter. Le dsengagement, la dmotivation des salari-e-s samplifient. Les dgts du mal-travail tmoignent de laggravation de la situation.

1. Urgence : transformer le travail
Transformer le travail, cest lambition revendicative que sest fixe la CGT lors du 49e congrs.
Des journes dtudes, des formations, la refonte des formations de niveau 1 et niveau 2 ainsi que des CHSCT ont permis de plus en plus de syndicats et dorganisations de mettre en uvre une dmarche revendicative partant des situations de travail.

Cela implique de sappuyer sur la capacit de penser et dagir de chaque salari-e et doit nous permettre de nous opposer la volont des employeurs de nous enfermer dans un syndicalisme de dlgus. Cela nourrit, tout comme le colloque du 13 octobre 2011 qui a runi 250 dirigeants CGT et des chercheurs, la bataille revendicative pour un nouveau statut du travail salari et la scurit sociale professionnelle.
Mettre la qualit du travail au centre des enjeux implique de refonder les notions du collectif, de coopration, de solidarit lentreprise, dlaborer une autre conception mme de lentreprise pour laquelle lurgence de droits rattachs aux salari-e-s et transfrables peut tre un formidable atout. Dans la poursuite des orientations prcdentes et partir des rsolutions du 49e congrs, la commission excutive confdrale a cr une commission Travail, sant, protection sociale, lutte contre les processus dexclusion, logement . Celle-ci a tent de structurer une cohrence revendicative de lensemble de ces sujets avec le travail comme dterminant. Cela a favoris un certain nombre davances quil faudra approfondir.

Les enjeux de prvention sont essentiels pour les tres humains. De plus, les consquences du mal-travail sur la sant des salari-e-s reprsente une perte de 80 milliards deuros par an. Comme pour les retraites, la bataille idologique sur le diagnostic et nos propositions est dcisive.

La CGT a engag une bataille pour la reconqute de la Scurit sociale, socle de la protection sociale et des propositions pour son financement.

Le travail mancipateur est un droit pour toutes et tous. La CGT revendique le plein-emploi solidaire et la transformation du travail.

Les ingalits salariales et professionnelles entre les femmes et les hommes font partie de ce qui doit tre modifi dans le travail. Cela suppose galement des transformations socitales : la CGT a port lexigence dun service public de laccueil des jeunes enfants, de la prise en charge des personnes en perte dautonomie, de lamlioration du systme ducatif

La CGT, tant dans le public que dans le priv, sest mobilise dans la lutte contre la prcarit sous toutes ces formes. Les limites de cet engagement constates appellent un travail transversal de toutes ses organisations.
La cohrence que nous cherchons construire permet dapprhender ces questions dans leur ensemble, comme nous avons su le faire par exemple sur le dossier de lautonomie avec lide porte par le congrs de lUCR bien travailler, bien vivre pour bien vieillir . Le gouvernement Sarkozy, qui envisageait sur ce dossier, comme pour dautres, de faire payer les salari-e-s, a d renoncer.

2. Le long conflit unitaire contre la rforme des retraites

La loi Fillon, programmait un nouveau rendez-vous sur les retraites en 2012. Trs sensible aux sirnes du Medef, Nicolas Sarkozy a dcid de lavancer 2010.

Largument majeur dvelopp par le gouvernement, le Medef est simpliste : comme lesprance de vie augmente rgulirement, il faut reculer lge de dpart la retraite . En janvier 2010, 75 % de la population partage cette ide, et pourtant en octobre, 70 % des Franaises et des Franais nacceptent pas de repousser la retraite au-del de soixante ans.

Nous pouvons affirmer la part prpondrante de la CGT dans cette inversion spectaculaire de lopinion publique en moins de dix mois. Cela passera par une formation/information sans prcdent de prs de 20 000 militant-e-s en quelques mois, leur permettant de mieux matriser la fois le systme dacquisition des droits de retraites et nos propositions de financement. Un travail de fond appuy par un matriel grand public vocation pdagogique.

Particulirement touches par les rformes prcdentes du fait de leurs carrires plus souvent irrgulires et des carts de salaires et ingalits professionnelles qui perdurent, la situation dgrade pour les femmes a saut aux yeux de tous. Elles se sont mobilises de manire visible.

Un travail particulier a t fait en direction des jeunes. La mobilisation a t loccasion de rassembler de manire unitaire des jeunes issus du mouvement syndical, lycen, tudiant, solidaire et associatif travers le collectif : La retraite, une affaire de jeunes ! Depuis, les liens nont cess de se renforcer, pour travailler ensemble sur lducation, laccs au monde du travail, lemploi, pour construire leur avenir. Ces gnrations, que certains svertuent qualifier dindividualistes, dmontrent par leur engagement quelles ont cur de lutter collectivement, pour plus de justice sociale.

Avant mme que le gouvernement dvoile son projet prcis, une premire journe daction unitaire, le 23 mars, a runi 80 000 manifestants.

La CGT sest attache, avec succs, crer les conditions de lunit avec les organisations syndicales tout en informant les salari-e-s, en direct, de lvolution du projet. Le gouvernement tentera de fissurer cette unit en refusant des runions plnires pour ne favoriser que des bilatrales et miser sur la priode des congs pour chercher lessoufflement du mouvement. Peine perdue, la mobilisation ne va pas cesser de progresser passant de 80 000 manifestants le 23 mars plus de 3 millions le 19 octobre, avec, entre les deux, des milliers dinitiatives dans les entreprises et les localits, plusieurs journes dont celle du 7 septembre au sortir des congs.

Entre-temps, le projet gouvernemental est annonc dans la ligne rgressive pour les salaris des rformes prcdentes, dtournant mme la reconnaissance de la pnibilit vers des dispositifs dinvalidit.

Lampleur de la mobilisation dans la dure a contribu prserver lunit syndicale, mme si elle repose essentiellement sur le rejet du projet de rforme des retraites plutt que sur des propositions alternatives.

La CGT poursuit son action pour gagner plus de salaris encore dans la grve en liant ce combat leurs conditions de vie et de travail quotidiennes, malgr la rpression qui saccentue contre ses militants. Mais une fois la loi vote le 27 octobre, les mobilisations faiblissent.

Pour la CGT, malgr le passage en force du gouvernement, le succs de la mobilisation demeure un acquis et un motif de fiert militante. Le dossier des retraites nest pas clos. Nous ne cesserons den porter les enjeux dans les ngociations des rgimes complmentaires Arrco et Agirc, dans le meeting au Znith de janvier 2012, dans la campagne des lections prsidentielle et lgislatives.

De fait, cette mobilisation et ltat desprit quelle a forg chez les salari-e-s auront t un facteur important de la dfaite lectorale de Nicolas Sarkozy et de la droite en mai et juin 2012. Elle est toujours un point dappui aux revendications et mobilisations construire pour le rendez-vous retraites de 2013.

3. On bosse ici, on vit ici, on reste ici

La circulaire du 24 novembre 2009 portant sur la dlivrance de carte de sjour salari vient dtre publie. La CGT, le groupe des 11 (syndicats et associations signataires de la plate-forme pour la rgularisation des travailleuses et travailleurs sans-papiers), les dlgu-e-s des 6 804 grvistes engags dans le mouvement de grve du 12 octobre 2009, rejettent ce texte flou , qui ne dfinit aucun critre prcis et objectif de rgularisation. Aprs un meeting qui en runit plus de 2 500 Paris le 14 dcembre 2010, les grvistes notamment intrimaires, par centaines, vont se mobiliser pour rcuprer auprs de leurs entreprises le contrat de travail simplifi (dit Cerfa ). Piquets de grve, occupations vont se multiplier, soutenus par le groupe des 11 et des centaines de personnalits.

Sous la pression de la grve, des contacts sont nous avec des reprsentants patronaux qui se prononcent publiquement pour des critres objectifs de rgularisation. Cette Approche commune , publie le 8 mars 2010, sera valide par le groupe des 11.

La dtermination et lunit des grvistes, celle du groupe des 11, llargissement du soutien comme le dveloppement des contradictions au sein du patronat vont obliger le gouvernement ouvrir des premires discussions. Dans la foule de la manifestation du 27 mai 2010 contre la rforme des retraites, 2 000 travailleuses et travailleurs sans papiers investissent les marches de lOpra Bastille pour obliger le gouvernement poursuivre les ngociations jusquau bout.

Au bout de trois semaines doccupation, le 18 juin 2010, le gouvernement est contraint de publier des critres permettant la rgularisation des travailleuses et travailleurs sans papiers prsents sur le territoire national. Les critres seront consolids et amliors en octobre et novembre.

Ces vastes mouvements de grves initis par la CGT ont permis plus de 6 000 salari-e-s sans papiers dtre rgulariss depuis 2008.
Ils auront aussi permis, par une implication contrainte ou volontaire des employeurs, de remettre dquerre un trs grand nombre de situations de travail, de sortir du travail au noir des centaines de travailleuses et travailleurs, de leur redonner de la dignit, les ouvrir au fait syndical et en particulier la CGT.
Les actions doccupations et de grves se poursuivent en cet automne 2012 encore. Elles contraignent le gouvernement ouvrir des discussions avec les organisations syndicales et patronales, et les ministres du Travail et de lIntrieur. Une circulaire de rgularisation qui prcise des critres applicables partout est enfin acquise. Mais elle est insuffisante pour reconnatre dans leurs droits notamment celles et ceux qui sont contraint-e-s au travail au noir.

4. Lutter contre toutes les discriminations !

ct des succs engrangs pour les droits des travailleuses et travailleurs sans papiers, la CGT a multipli ses actions contre toutes les formes de discrimination.

Suite aux nombreux succs obtenus sur le terrain du droit grce, en particulier, lapplication de la mthode Clerc , mise au point par la CGT, maintenant accepte par tous les acteurs du droit, patronat et gouvernement ont tent de limiter la dure de la prescription cinq ans, pour rendre drisoires ou impossibles les montants de la rparation des discriminations subies par les militant-e-s syndicaux.

La lutte unitaire, mene avec les universitaires et avocats, fdre par la CGT, a mis fin ces prtentions et a permis de gagner la rparation intgrale du prjudice dans la dure. Des milliers de militant-e-s syndicaux ont ainsi t rpar-e-s et rintgr-e-s dans leurs droits.

Cette approche et ces luttes gagnantes ont commenc sexporter dans les autres domaines de la discrimination. De premiers retentissants succs ont t conquis contre les discriminations femmes-hommes. Et la CGT sest aussi investie dans la lutte contre les discriminations dont sont victimes les salari-e-s dorigine immigre.

Reste conqurir la reconnaissance de lexprience acquise dans le parcours militant : savoir protger ses militant-e-s, cest aussi dfendre et garantir laction syndicale !

La CGT a poursuivi son effort de sensibilisation et de formation des militantes et militants sur lgalit entre les femmes et les hommes dans le travail et dans la CGT notamment par des initiatives marquantes loccasion du 8 mars. Elle est intervenue dans les organismes et instances paritaires et gouvernementales pour obtenir la mise en uvre effective des lois sur lgalit salariale et professionnelle qui reste insuffisante.

Durant les trois dernires annes, les organisations de la CGT ont d faire face de nombreuses attaques contre les droits syndicaux et laction revendicative :
recrudescence des pressions et sanctions lencontre des militants dans les entreprises ;
engagement de poursuites judiciaires pour cause de participation aux mobilisations de 2010 sur les retraites ;
expulsion et tentative dexpulsion dunions dpartementales et locales de leurs locaux.

Cela a conduit la CGT revendiquer auprs du gouvernement une loi damnistie, malheureusement sans succs, ainsi que la formalisation du droit lhbergement des organisations interprofessionnelles.

Avec ses organisations, la CGT a men campagne contre la criminalisation de laction revendicative, ce qui a conduit notamment la non-condamnation des 5 de Roanne par la cour dappel de Lyon et la relaxe des dirigeants de lunion dpartementale du Rhne par le tribunal de Villefranche-sur-Sane.

Une tape importante a t franchie durant ces trois dernires annes dans la lutte contre les discriminations que subissent les personnes lesbiennes, gay, bi et trans (LGBT). La CGT est prsente chaque anne aux marches des fierts, aux marches de lExistrans pour lgalit des transidentitaires. Elle participe aux manifestations europennes et mondiales : Europride et World Pride, la journe mondiale contre lhomophobie le 17 mai depuis sa fondation. Elle est aussi signataire de la ptition pour la dpnalisation universelle de lhomosexualit. En 2012, le collectif a labor un guide daction syndicale : Pour gagner lgalit des droits des LGBT dans le monde du travail . Un DVD destin aux actions de sensibilisation et de formation interne la CGT a t ralis et quatre confrences interrgionales se sont tenues pour faire connatre ces outils.

5. La question cruciale des salaires

La bataille salariale est cruciale pour le pouvoir dachat des salaris, pour le financement de la protection sociale et pour le dveloppement conomique du pays. Dans dautres pays europens, on baisse les traitements des fonctionnaires, rduit le salaire minimum ou casse les conventions collectives, au nom de la comptitivit . En France aussi, la pression est trs forte contre les salaires et les droits sociaux, avec une offensive idologique puissante contre le cot du travail . Globalement, les plus hautes rmunrations ont cr plus vite que les salaires de bas de lchelle. Les carts de rmunrations brutes annuelles restent de 27 % en dfaveur des femmes, trop souvent condamnes aux bas salaires, au temps partiel et aux horaires morcels.

Transformer le travail, cest aussi reconnatre sa valeur. Pour beaucoup de professions, cela signifie revaloriser les salaires qui sont loin de correspondre aux qualifications. Les classifications doivent reconnatre vraiment les diplmes et certifications qualifiantes. La CGT, par exemple au cours de la journe dtude du 3 mars 2011, vulgarise cette notion de rmunration gale pour un travail de valeur comparable, en mettant en parallle des mtiers principalement occups par les femmes et souvent peu rmunrs et ceux occups par les hommes.

La campagne salaires lance en fvrier 2011 avait pour ambition de remettre au cur de notre politique revendicative la bataille pour une augmentation des salaires et des traitements des fonctionnaires, des pensions de retraite, des allocations des chmeurs comme rponse centrale aux problmatiques de modration salariale, crise de la dette, austrit. Lambition tait et reste doutiller les syndicats, leurs lu-e-s et mandat-e-s mener la bataille de la rpartition des richesses qui se traduit par la revendication, souvent accompagne de mobilisations pour une augmentation salariale ! La mise disposition de nos organisations dun module de formation/journe dtude sur la question des salaires a t et reste un lment primordial pour largir la bataille.

La rencontre nationale du 26 mars 2012 avec des syndicats, des organisations territoriales et fdrales, en la prsence dune camarade de Verdi (syndicat allemand) a t une tape utile contre la notion de cot du travail qui serait trop lev en France comparativement dautres pays. Lors de la confrence sociale de juillet 2012, nous avons port les revendications pour une hausse des salaires, notamment du Smic auquel le gouvernement venait daccorder une augmentation ridicule, et aussi lobligation lgale pour toutes les branches de respecter le Smic sous peine de sanction contre les employeurs usant de diverses stratgies pour contourner la loi.

La CGT a mis disposition des organisations des outils et des formations pour ngocier sur les salaires, sur lgalit salariale et professionnelle. Il sagit dun travail de longue haleine quil faut poursuivre.

6. Logement : du paritarisme de gestion la dmarche revendicative

La gestion du 1 % logement constitue initialement le corps de mtier du syndicalisme concernant lactivit logement. Au cours de ce mandat, la CGT a occup ce champ dintervention tout en sefforant de le rendre plus en phase avec le salariat et les syndicats.
Cela est pass par un effort de rajeunissement des administrateurs au sein des instances privilgiant la dsignation dactifs-ves ; par la mise en place dun rseau CGT, la tenue de runions confdrales afin doutiller nos administrateurs
Cest ainsi que la CGT a pes sur le contenu de lANI Logement, prvoyant le recentrage du 1 % logement sur sa mission de production de logements pour les salari-e-s, son extension au plus grand nombre, mais dont la mise en uvre reste conqurir.

Les revendications lies au cot et au mal-logement doivent tre prises en compte par les syndicats avec une activit dploye dans les territoires.

7. la reconqute des services publics

La campagne Services publics, politiques publiques et financement , dcide au 49e congrs, a permis la construction de revendications et de mobilisations autour de la reconqute des services publics impliquant les organisations de la CGT.
Cette campagne sest organise en plusieurs tapes, entre juin 2011 et fvrier 2012, sous la forme de quatre initiatives confdralises centres sur Service public et dveloppement humain durable , Service public et contrat social , Financement des politiques publiques et dintrt gnral et Service public et dveloppement industriel .
La seconde phase de la campagne, au printemps 2012, a irrigu lorganisation et facilit lutilisation de lavis du CESE Missions et organisation de ltat dans les territoires par les organisations. Elle a favoris la mise jour de rponses de nouveaux besoins ou des besoins mal satisfaits en matire de service public : aide lautonomie des personnes ges ou en situation de handicap, modes daccueil de la petite enfance, formation, qualification et intgration socio-conomique des jeunes

La construction de projets revendicatifs, associant des syndicats et diverses professions avec nos organisations territoriales, est faire progresser.

Lappareil dtat et plus largement la puissance publique font lobjet de proces-sus de transformations que nous combattons car destines servir la rentabilit du capi-tal. Elles rduisent les services rendus la population (rvision gnrale des politiques publiques, rforme de ladministration territoriale de ltat, rforme des collectivits territoriales, loi hpital-patients-sant—territoires)
loppos, la CGT propose la construction dun projet de dveloppement humain durable en rupture avec les logiques de rentabilit financire pour rpondre aux besoins sociaux.

Le contexte de crise conomique et financire a eu pour consquence une demande accrue de formation de la part des organisations sur ces questions. Il nous faudra approfondir notre rflexion sur le rle de ltat ainsi que sur la dcentralisation.

8. Une industrie au service dun dveloppement humain durable

La CGT a combattu avec acharnement lide selon laquelle notre pays rentrait dans une socit dsormais postindustrielle. La crise conomique et financire en a encore accentu les dgts, aboutissant la suppression, selon lInsee, de 347 000 emplois dans lindustrie manufacturire entre le deuxime trimestre 2007 et le deuxime trimestre 2012.

Pour le seul secteur du BTP, cest 35 000 emplois supprims en 2012. Les restructurations de 2012 menacent des dizaines de milliers demplois dans de grandes entreprises (PSA, Petroplus, Carrefour, Arcelor, Fonderie du Poitou, GoodYear, EON France, Sanofi, Electrolux, Alcatel). Ces chiffres ne prennent pas en compte les dizaines de milliers demplois supprims dans les TPE-PME, les services publics

Cette crise a profondment aggrav les ingalits sociales entre les salari-e-s, les populations, creus les carts et les dynamiques de dveloppement entre les territoires.

La campagne pour lindustrie sest engage dans la poursuite de ce travail syndical dmarr avec les tats gnraux de lindustrie puis la Confrence nationale de lindustrie et les 12 comits stratgiques de filires.
Elle est fonde sur un diagnostic dune situation de dsindustrialisation sans prcdent dans le pays et dveloppe nos propositions revendicatives. Elle sarticule autour de la ncessaire diversit des filires dactivit de linnovation technologique et la rponse aux besoins humains (filire automobile, transports, micro et nanotechnologies, construction, nergie durable, filire agro-alimentaire, chimie, biotechnologie, traitement et recyclage des produits, services)

La dmarche de la CGT sappuie sur des campagnes liant rindustrialisation, politiques publiques et dveloppement des services publics. Elle a t conduite dans lobjectif dun dveloppement humain durable favorisant amnagement du territoire, nouvelle croissance respectueuse des hommes et de lenvironnement.

La question de lindustrie est au cur dune offensive librale mene conjointement par le patronat et le gouvernement de ces cinq dernires annes, elle est axe sur la comptitivit : salaires trop levs, charges , cest--dire cotisations sociales trop pesantes, temps de travail trop rduit, lgislation pas assez souple, remise en cause de lenseignement suprieur et des organismes de recherche

Ce choix idologique sest concrtis lors du Sommet social du 18 janvier 2012, convoqu linitiative de Nicolas Sarkozy. Il sest traduit par de nouvelles exonrations de cotisations pour les employeurs, la cration programme dune TVA sociale et la mise en perspective de ngociations dites emploi et comptitivit . La CGT a combattu ces mesures et a fait capoter les ngociations ouvertes entre fvrier et mai 2012, portant une violente attaque contre le Code du travail, en particulier en matire de contrat individuel de travail sur les questions majeures de salaire, de temps et de conditions de travail.

La mobilisation du 9 octobre 2012 est une tape dans cette reconqute lappel de la nouvelle Fdration europenne de lindustrie.

En matire de recherche et de dveloppement (R&D), nos repres revendicatifs rappellent leffort considrable mener afin de rpondre aux besoins de la socit et de crer les conditions du dveloppement des activits et de lindustrie.
Or, un nombre croissant dentreprises tourne le dos la recherche, malgr les aides de ltat mises leur disposition. Ainsi, Sanofi dans la pharmacie, ou PSA dans lautomobile, par exemple, suppriment des emplois en R&D. Dautres, comme Thals, dtournent les rformes et utilisent les nouvelles structures de partenariat public priv (PPP) pour rcuprer des fonds publics, via notamment le crdit impt recherche. Poussant la logique du profit son comble, elles soumettent les travaux de la recherche publique leurs besoins immdiats, sans pour autant sengager vers de srieux investissements de R&D.

La CGT a port notamment lors du Printemps pour lindustrie la ncessit de consacrer au minimum 3 % du produit intrieur brut la recherche. Elle a insist sur lobligation de relancer de grands programmes de R&D, associant les entreprises, les organismes de recherche et les tablissements denseignement suprieur, tant dans les domaines des sciences physiques, biologiques et technologiques que dans ceux des sciences humaines et sociales.
Elle a travaill des propositions : nergie marine en Bretagne, dconstruction des navires au Havre LUnion europenne a un rle de premier plan jouer travers de grands programmes et de grands quipements de recherche, favorisant lesprit de coopration sur lensemble de son territoire.

9. Matrise publique, transition nergtique et environnement

Pour la CGT, la politique nergtique passe par la reconqute de la matrise publique du secteur de lnergie, permettant une relle appropriation sociale en alliant droits nouveaux pour les salari-e-s et les usagers afin quils soient acteurs de la stratgie des entreprises, et la proprit des entreprises. Cest la notion de ple public de lnergie.

La CGT sest efforce de porter des propositions concrtes dans le dbat amorc sur la transition nergtique, composante de la transformation ncessaire des modes de production et de consommation que ncessite la prise en compte des enjeux environnementaux. Ces propositions sinscrivent dans la perspective dune conomie faible teneur en carbone et dans la logique du dveloppement humain durable. Comme la CGT la dclar, en matire dnergie, il y a un avant et un aprs Fukushima . Les exigences de sret doivent tre encore plus fortes pour lnergie nuclaire appele jouer un rle dans le mix nergtique pendant des dcennies, quelles que soient les dcisions qui seront prises sur le nouvel quilibre rsultant de la monte en puissance des nergies renouvelables. Elle a obtenu, lors de la confrence environnementale, que lvolution du systme de transport prenant en compte ces enjeux de dveloppement durable fasse partie intgrante de ce dbat sur la transition nergtique.

Le collectif de travail mis en place par la commission excutive confdrale en novembre 2011 marque la volont de mettre ces questions en dbat dans la CGT au-del des champs professionnels concerns, afin dapprofondir nos revendications en matire de mix nergtique, de traitement des dchets nuclaires et de financement de la transition nergtique. Il faut en effet assurer le financement de cette transition dans des conditions qui ne portent pas atteinte au pouvoir dachat des mnages, notamment des mnages modestes et qui permettent la France de conserver une nergie lectrique comptitive. La CGT sest exprime sur le bilan dcevant de la mise en uvre des engagements pris en 2007 au Grenelle de lenvironnement. Les dclinaisons lgislatives nont pas respect lensemble de ces engagements, notamment en ce qui concerne les droits nouveaux des salari-e-s. Le dcret pris en matire de transparence des entreprises a fait la part belle aux revendications du Medef.
La CGT a dailleurs conduit lavis du CESE de fvrier 2012, ralis sur le bilan du Grenelle. Il pointe nombre dinsuffisances dans la mise en uvre des engagements de 2007. La CGT a reformul les exigences restes en souffrance sous lre Sarkozy lors de la confrence environnementale de septembre 2012. Elle a point la ncessit de franchir une tape en matire de droits environnementaux nouveaux pour les salari-e-s. Elle a galement particip avec la CSI et la CES aux confrences de lONU sur le climat de Cancun et Durban et au sommet de la Terre sur le dveloppement durable Rio en juin 2012 (Sommet Rio +20). Le texte adopt Rio est particulirement dcevant car les tats ont fait le choix de cder au lobbying des grandes firmes internationales cramponnes sur une posture de prservation de modes de production et de consommation, dont la finalit est le profit et la concentration des richesses.

10. Les volutions du syndicalisme en France

Le paysage syndical franais volue, bouscul par la crise et les nouvelles rgles de reprsentativit. La dmarche unitaire de la CGT, gage defficacit dans les luttes, garde toute sa pertinence.
titre dexemple, la CGT a t linitiative de la constitution dun front uni des organisations syndicales de salari-e-s lors des ngociations de laccord sur le portage salarial , ou encore durant la dlibration sociale sur la modernisation du dialogue social . Des expriences similaires se droulent tous les niveaux de ngociations.

chaque fois, ces efforts ont permis davancer des revendications communes. Cela renforce la position des syndicats vis--vis du patronat. Nanmoins, la priode postrieure la mobilisation des retraites a t difficile sur le plan unitaire.

La stratgie de la CGT de construire un rapport de force par la mobilisation sest trouve confronte une conception du dialogue social et de la ngociation diffrente, choisie par dautres organisations. Cela a abouti des divergences dapprciations sur des accords interprofessionnels (retraites complmentaires, indemnisation du chmage, scurisation de lemploi). Le Medef, la CGPME, lUPA, ct patronal, la CFDT, la CFTC et la CGC, ct syndical ont publi un document commun en janvier 2012 sur la comptitivit qui a pu servir de point dappui aux campagnes sur le cot du travail et la modification des mcanismes de financement de la Scurit sociale.

Toutefois, la dmarche de syndicalisme rassembl est valide, car chaque fois que nous parvenons, lentreprise ou au niveau national, construire lunit des organisations syndicales, le rassemblement des salari-e-s se trouve renforc et gagne en efficacit. Lunit syndicale continue de demeurer une aspiration forte et lgitime chez les salaris

Les nouvelles rgles de reprsentativit syndicale et de validit des accords

Dsormais, les lections professionnelles dterminent la reprsentativit et laudience des syndicats tous les niveaux : entreprise, groupe, branches professionnelles, au plan interprofessionnel. Ainsi, pour la premire fois, les salari-e-s dtiennent les clefs de la reprsentativit syndicale.

Pour la CGT, ces modalits nouvelles encouragent la dynamique de syndicalisation, la capacit et le pouvoir dagir des salari-e-s, lexercice de la dmocratie sur les lieux de travail.
Nous savons que le patronat voit notamment dans les rgles de validation des accords collectifs un frein important lobtention daccord sans contreparties srieuses dans les entreprises o la CGT obtient un fort taux de suffrages en sa faveur.

La reprsentativit permet donc de matrialiser le rapport de force autour de la table des ngociations en y conviant la voix des salari-e-s. Les nouvelles rgles sappliquent aussi dans la fonction publique, les rsultats des lections de la fin de lanne 2011 mettent la CGT en premire place dans ce secteur.

Des informations ont t largement relayes par la presse CGT qui a mis disposition des outils concrets et pratiques dapprhension de la loi.

La CGT a fait un gros effort de formation. Un module de deux jours a t propos quelques mois seulement aprs la publication de la loi. Un systme de grands rfrents forms lutilisation du module apporte une aide prcieuse la mise en place de formations en dpartement.

De nombreuses organisations ont d faire face des batailles judiciaires menes par le patronat, tentant dimposer sa lecture de la loi. Si nos interprtations ont souvent emport ladhsion de la Cour de cassation en matire de transparence financire ou encore de non-rvlation du nom des syndiqu-e-s lemployeur, il reste des points de droit faire voluer. titre dexemple, un arrt a dcrt lalignement des primtres de dsignation des dlgus syndicaux sur celui des comits dentreprise, ce qui nuit profondment la proximit avec les salari-e-s et rend la construction du rapport de force beaucoup plus ardu.

Les salari-e-s des trs petites entreprises votent !

Pour la premire fois, les salari-e-s des trs petites entreprises (TPE) participent une lection professionnelle. Cest le fruit de la bataille mene, notamment par la CGT, pour que ces salari-e-s puissent participer la dmocratie sociale en se prononant pour les syndicats qui les reprsentent lors des ngociations de branches et sur le plan interprofessionnel. Si nous sommes encore loin des revendications portes par la CGT en faveur de la mise en place de vritables lieux de reprsentation pour les salari-e-s des TPE, cette consultation nous encourage poursuivre nos efforts dans ce sens. Mme si les pouvoirs publics ont cr des conditions de vote des plus dplorables, favorisant labstention et permettant la prsentation dune multitude de pseudo-syndicats.

Nous pouvons apprcier la qualit de la campagne lectorale impulse par le collectif national et mene par toutes les organisations de la CGT. De trs nombreux syndiqu-e-s, actives et actifs, retrait-e-s, de toutes professions et travers tout le pays, ont permis la CGT dentrer en contact avec ces salari-e-s privs dimplantation syndicale.
Initiatives publiques, visites des commerces en centre-ville, bus info-droits , collages daffiches, distributions de tracts, rencontres avec les apprenti-e-s, initiatives personnelles de syndiqu-e-s Cette campagne est une formidable dmonstration de ce que toute la CGT est capable de faire de manire interprofessionnelle, sappuyant sur ses adhrents, pour tre celle de tou-te-s les salari-e-s.

Nous pouvons souligner le travail spcifique ralis en direction des apprenti-e-s, par la commission Priorit jeunes . Commission cre juste aprs le 49e congrs, qui a notamment produit un guide distribu 200 000 apprenti-e-s, devant les CFA et les entreprises, pour leur faire connatre leurs droits et les inviter prendre part au scrutin (au moment de la rdaction du document les rsultats ne sont pas connus).

C Des modes dorganisation pour la syndicalisation

La CGT, par sa combativit et son esprit unitaire, a gagn en crdibilit dans le salariat. En 2011, le nombre dadhrents a augment pour la cinquime anne conscutive.
- 2009 : 669 469 + 1,18 %

  • 2010 : 680 411 +1,78 %
  • 2011 : 682 695 +2,23 % (de date date, chiffres provisoires : clture exercice 31 dcembre 2012)
Adhsions en ligne
Depuis la mise en place du dispositif transitoire dadhsions par Intern et sur le site confdral, plus de 2 778 salari-e-s ont adhr en ligne (1 610 en 2011, 1 168 en 2012). 400 dentre eux ont trouv un syndicat daccueil mais 1 000 sont toujours au prlvement automatique des cotisations (PAC) auprs du dispositif provisoire en attente dun rattachement un syndicat.

Parmi les nouveaux adhrents de 2012 :

  • 45,2% sont des femmes (36,3 % sur la totalit des syndiqu-e-s) ;
  • 17,8% sont des jeunes de 30 ans et moins (6,4 % sur la totalit) ;
  • 63,1% sont des salari-e-s du priv (56,8 % sur la totalit) ;
  • 20,3% proviennent dentreprises de moins de 50 salari-e-s (7,5 % sur la totalit).

Malgr cette progression et les fortes potentialits quelle montre pour construire un rapport de force efficace, il nous faut relever le dfi dun nombre dadhrents plus important, dune implantation mieux rpartie sur le territoire et dans tous les secteurs dactivit, de la prise en compte de toutes les catgories quavait lanc le 49e congrs.
Le nombre dadhrents en activit reprsente 2,56 % des 22 millions de salari-e-s, dont la moiti sont des femmes, et les adhrents de lUCR reprsentent 0,85 % des plus de 13 millions de retrait-e-s. La continuit de ladhsion et la volont de nous proccuper rapidement des syndiqus actifs retraitables ont donn lieu une campagne jy suis, jy reste , sans permettre une progression importante de nos adhrents retraits.

lheure o un-e militant-e sur deux de la CGT a plus de 50 ans, il est impratif dengager un travail de syndicalisation des jeunes. Aller leur rencontre, leur proposer et leur dmontrer lutilit de ladhsion. La CGT a fait de lactivit des jeunes une priorit. Un de ses objectifs est de donner les moyens aux militant-e-s daccompagner les jeunes dans leur premier emploi et tout au long de leur carrire, daccueillir les nouveaux syndiqu-e-s et les conduire prendre des responsabilits.

1. Le dveloppement des syndicats, laccueil des adhrents

Il existe en France 1 860 000 tablissements dau moins un-e salari-e et 24 154 bases CGT. 50 % de ces bases ont moins de 10 syndiqu-e-s, elles reprsentent 6,64 % des adhrent-e-s.
5,48 % des bases ont plus de 100 syndiqus et runissent 48 % des adhrents.

Tenir congrs ne veut donc pas dire la mme chose pour tout le monde. Plusieurs milliers dassembles gnrales et de congrs se sont tenus depuis 2009, avec la question de la syndicalisation et de lvolution des forces CGT et de la place et du rle de chaque syndiqu-e. Les rflexions sur le primtre et lorganisation la plus efficace en sont aux premires mises en uvre ( titre dexemple et daprs Cogetise : 48 syndicats de site et encore 12,3 % de syndiqus, soit 83 893, rattachs des bases dites dindividuels ou disols ).
Il nous reste beaucoup defforts entreprendre si nous voulons nous approprier une vritable dmarche collective de syndicalisation. La prparation du 50e congrs est propice la mise en uvre dun travail commun des organisations.

COMMISSION AFFILIATION
Les conflits rencontrs nous ont amens crer une commission daffiliation dont le rle sest largi au traitement des conflits ns de dsaccords entre fdrations, au moment de laffiliation des syndicats. Sa mise en place tait lune des dcisions de notre dernier congrs. Elle est charge de traiter des litiges pouvant survenir en matire daffiliation de syndicats un champ professionnel, suite des volutions souhaites par nos organisations ou des restructurations dentreprise. Elle intervient quand les fdrations, les unions dpartementales concernes ne parviennent pas se mettre daccord. Depuis sa cration, plusieurs litiges ont dj t traits. Lobjectif premier de cette commission est de crer les conditions du dbat entre les organisations de la CGT pour quelles trouvent ensemble les solutions apporter, en sappuyant sur nos rgles de vie et sur lavis des syndiqu-e-s.

2. Vivre ensemble, travailler ensemble, dans la CGT

Les campagnes engages et linvestissement militant dmontrent que nous avanons, mais il reste encore beaucoup faire pour mettre en uvre les rsolutions 5 et 6 du 49e congrs rsumes ainsi :

  • a) Rsolution n 5 : Rendre effectifs les espaces de travail sur les enjeux revendicatifs communs pour les organisations professionnelles.
  • b) Rsolution n 6 : Redfinir notre prsence et notre activit pour rpondre aux enjeux daujourdhui pour les organisations territoriales interprofessionnelles.

a) Concernant la rsolution n 5 : Lvolution du salariat comme des professions, les activits externalises par les entreprises, la multiplication des conventions collectives, lvolution de lactivit des grands groupes, les restructurations industrielles ou administratives bousculent les primtres dactivit des organisations de la CGT, des syndicats aux fdrations professionnelles. Dans la fonction publique aussi, les frontires ont boug, avec les rformes territoriales et autre RGPP.

Des collectifs de travail existent : artisanat, services la personne, centres dappels La majorit des fdrations sengage dans ce travail avec la volont de mieux rpondre aux besoins des salaris concerns. Mais les choix daffiliation des adhrents potentiels telle ou telle organisation psent sur les dbats.

Les structures CGT travaillent des convergences revendicatives. Elles rflchissent aux espaces communs ncessaires sur des enjeux transversaux comme les conditions de salaires, de travail, les rmunrations, les retraites, la sant au travail, un statut unifi, lgalit salariale et professionnelle

Les missions et rles des fdrations sen trouvent interrogs et certaines, dans leur congrs, dclinent la rsolution. Cest le cas dans la fonction publique notamment, la Fdration de la sant-action sociale, celle des services publics avec la rsolution sur les champs fdraux ou encore la FAPT Pour dautres fdrations, la rsolution est mise en dbat, travers des travaux croiss comme la FERC avec la Fdration de la sant-action sociale et celle des organismes sociaux LUGFF a act sa ncessaire volution et poursuit sa rflexion autour de plusieurs pistes

Aux problmatiques poses par la rsolution, nous avons des dbuts de rponses. Le travail effectu par la commission et les fdrations est encourageant. Mais il ne saurait cacher le travail qui reste faire.

b) Concernant la rsolution n 6 : Le 49e congrs avait affirm le besoin dinvestir de nouveaux lieux dintervention afin de mieux organiser les salari-e-s pour tre en capacit de rpondre aux enjeux territoriaux.

Des expriences montrent que lon est capable de runir les syndicats dune filire conomique, mme si elle regroupe plusieurs fdrations professionnelles et plusieurs unions dpartementales ou rgions. Cela produit des effets positifs en termes de syndicalisation. Mais on na pas toujours mis les autres fdrations autour de la table pour rflchir aux questions damnagement du territoire : rseaux, commerces, services publics Sant, transports, emploi, ducation, formation, recherche, culture, dveloppement industriel, logement, etc., les territoires reprsentent des enjeux structurants pour la vie des salari-e-s.

Il sagit dtre prsent l o les salari-e-s se trouvent, de nous renforcer sur ces sites alors que nos effectifs les plus forts sont encore l o lactivit conomique dcrot.

Le mouvement contre la rforme des retraites a permis de mettre en pratique ce travailler ensemble . Mais il a galement bouscul les calendriers et retard la mise en uvre des rsolutions. Des camarades de syndicats dune localit qui ne se connaissaient pas se sont rencontrs, ils ont vrifi que des dserts syndicaux existaient prs de leurs entreprises. Ils se sont organiss pour y distribuer des tracts, rencontrer les salari-e-s. Ils ont mesur que des besoins communs pourraient tre satisfaits sils y travaillaient ensemble, avec tous les salari-e-s de la zone. Une fois le mouvement pass, na-t-il pas t difficile de poursuivre sans changer nos pratiques !

3. Un effort de formation important, un soutien aux lus et mandats
Depuis maintenant plus de cinq ans, chaque syndiqu-e jour de ses cotisations et gr dans le fichier Cogitiel, reoit domicile son journal mensuel Ensemble.

La mise jour rgulire de Cogitiel permet aujourdhui plus de 470 000 adhrents de recevoir cette publication. Son financement est intgr dans la cotisation.

La bataille de la lecture est partie intgrante de notre dmarche revendicative, de la qualit de vie syndicale. Lire CGT, tre form-inform, tout au long de son parcours syndical, en fonction de ses responsabilits est un impratif pour promouvoir les repres revendicatifs CGT, les positions de son organisation syndicale.
Depuis le 49e congrs, la NVO est devenue le journal destination des syndiqus en responsabilits, des lu-e-s et mandat-e-s. Force est de constater que les organisations de la CGT ont encore beaucoup defforts dployer pour permettre aux syndiqus en responsabilit dtre abonns leur journal, et de disposer ainsi de laccs au site internet nvo.fr. En novembre 2012, nous comptons 25 000 abonns alors que nous estimons plus de 200 000 le nombre de syndiqus ayant un mandat de son organisation.

La rencontre nationale des lu-e-s et mandat-e-s des 17 et 18 octobre 2012 marque une tape dans la reconnaissance du rle primordial quelles et ils jouent dans les entreprises, au contact des salaris et des structures CGT. Cette rencontre a confirm que les outils permettant la mise en commun des connaissances et expriences sont indispensables et les dbuts de mise en uvre doivent se poursuivre.

Un travail dactualisation des stages a t effectu, notamment des niveaux I et II (la mise jour prcdente datait respectivement de 1997 et 2002). Dautres stages ont galement t actualiss ou crs : formation de prise de mandat dadministrateurs, dlgus syndicaux, membres de CFC, secrtaires de syndicats, sant au travail loccasion de campagnes revendicatives confdrales, des dispositifs visant dcupler les formations ont t imagins et ont montr leur efficacit : retraite, reprsentativit, rsolution n 4, ngociation annuelle obligatoire, galit salariale et professionnelle, reconqute de la protection sociale
6 620 stagiaires en 2010, 7 220 en 2011, et prs du double de stages programms en 2012, si nous sommes en progression, beaucoup reste faire pour atteindre lobjectif : crer les conditions dune formation daccueil pour tout nouvel adhrent ; assurer tout au long de sa vie syndicale laccs une formation syndicale gnrale ; accompagner la prise de responsabilit afin que chacun, chacune ait les connaissances et les savoir-faire ncessaires pour participer la vie syndicale et sapproprier les outils mis sa disposition : professionnels, interprofessionnels et spcifiques.

Le renouvellement des premiers dirigeants de nos organisations a t consquent ces dernires annes. Leur besoin en formation a t pris en charge.

Dans cet effort de formation, nous pouvons aussi signaler limportant travail effectu par de nombreuses organisations pour mettre en conformit leur comptabilit et sadapter aux nouvelles rgles de certifications.

D Des solutions alternatives la crise

Pour un dveloppement humain durable, concept act au 49e congrs, la dmarche de la CGT adopte au 46e congrs est toujours efficace.

Un syndicalisme de contestation, de proposition, daction et de ngociation, recherchant chaque moment le rassemblement des salari-e-s a fait ses preuves.

Malgr les difficults cres par les consquences de la crise, des initiatives, des luttes professionnelles et interprofessionnelles nombreuses ont eu lieu, notamment autour des 10 exigences de la CGT, portes tout au long de 2011 et 2012 (voir encadr ci-dessous). Lune dentre elles a dj t gagne, concernant la dfiscalisation des heures supplmentaires.

Ces exigences ont favoris lappropriation par les salari-e-s de solutions alternatives la crise et au chmage. Nous les avons portes lors de la grande confrence sociale, la confrence environnementale, la confrence pour la refondation de lcole et la confrence contre la pauvret et pour linclusion sociale. Nous les revendiquons dans les ngociations interprofessionnelles portant sur la scurisation de lemploi, les contrats de gnration, la qualit de vie au travail et lgalit professionnelle.

Un certain nombre de questions transversales sont au cur de toutes ces ngociations et il est ncessaire de conjuguer et articuler nos propositions en lien galement avec la ngociation europenne pour lemploi des jeunes.

Plus difficile est lexercice de mener en mme temps linformation et la mobilisation des salari-e-s pourtant indispensable quand le patronat, ds llection prsidentielle passe, use du chantage lemploi avec violence et pse de tout son poids pour viter de lcher de nouveaux droits pour les salari-e-s.

Ce contexte est marqu par le dbat sur le financement de la protection sociale qui mettra en lumire les diffrentes approches concernant le cot du travail, la comptitivit des entreprises (mise en place du Haut Conseil du financement de la protection sociale le 26 septembre 2012), le rapport Gallois, lvaluation contradictoire des aides publiques aux entreprises dbute le 18 septembre 2012 par le COE (Conseil dorientation de lemploi).
Dautres projets sont prendre en compte, notamment lacte III de la dcentralisation et les consquences concernant la formation professionnelle, la confrence contre la pauvret avec toutes les questions lies linsertion dans lemploi, la ngociation sur les IRP, les discussions concernant la formation professionnelle

Autant de sujets qui sont la vie de tous les jours des salari-e-s et seront au cur de lactivit de la CGT dans les mois et annes venir, au cur de lorientation dfinir au cours du 50e congrs.

RAPPEL DES 10 EXIGENCES DE LA CGT PRESENTEES DEBUT 2012

  • 1. Revaloriser les salaires, les pensions et les minima sociaux, en supprimant les carts entre femmes et hommes.
  • 2. Contrler les aides publiques aux entreprises
  • 3. Contraindre les entreprises des alternatives aux licenciements
  • 4. Suppression des exonrations fiscales et sociales sur les heures supplmentaires
  • 5. Stopper les suppressions demplois
  • 6. Dvelopper les politiques publiques et les moyens des services publics
  • 7. Rformer la fiscalit en profondeur
  • 8. Crer un ple financier public et tablir un mcanisme de crdits taux rduits
  • 9. Taxer les mouvements spculatifs de capitaux et radiquer les paradis fiscaux
  • 10. Mettre en place un fonds europen de solidarit sociale et de dveloppement conomique
Imprimer cette page - Faire connaître cette page par courriel